"Tu es la femme de ma vie", "J'ai enfin trouvé ce que je cherchais", "Je veux finir ma vie avec toi" etc etc etc........ Ces mots, je les ai entendu de la bouche de plusieurs hommes et non, je n'avais pas 15 ans, eux non plus d'ailleurs. Un l'a dit trop tard, un autre ne s'est pas décidé, un a transformé en rupture un break proposé par moi, un m'a quittée.

Ils savaient pourtant, même si le savoir n'est pas le vivre, je le conçois. Ils disaient pouvoir faire avec, m'aider... et ils sont partis à cause de ça. Et de plus en plus vite.

Celui que je pensais le plus capable, le plus apte à m'aider à en sortir, celui en lequel je croyais le plus est celui qui a fuit le plus vite. A lui, je lui reproche son manque de patience. Il est impossible de changer un comportement de plusieurs décennies en un an. Quand on a jamais eu d'aide jusqu'à plus de 40 ans, on apprend très vite à ne plus en demander, à vivre seule même en couple. Quand on trouve enfin celui que l'on cherchait depuis tant d'années, on se dit qu'enfin on va pouvoir apprendre à être réellement deux, à demander l'aide et le soutien de l'autre, à ne plus se réfugier dans la solitude, à ne plus s'enfermer, à être disponible pour lui, pour nous. Mais un an, c'est beaucoup trop court, encore plus quand le début de l'histoire a été très très vite. Je n'ai pas eu le temps d'apprendre.

J'ai cru que "son" amour, "son" soutien, "sa" présence allaient être salvateur, que je ne pourrais que m'en sortir, mieux et plus vite que seule. Mais non, je me suis trompée, ça m'a rattrapée et tout foutu en l'air.

Alors c'est terminé, je ne croirais plus à ces mots, encore moins après cette dernière rupture. C'est fini, on ne m'aura plus.

 

Mardi 14 juillet

Nuits blanches

Jours invisibles

Moins 6kg

Plus de solides

Plus d'envies

L'eau qui coule

Trop souvent

La vie s'enfuit.....

 

Vendredi

Je déteste les rêves. Ils vous mettent dans la situation dont vous "rêvez réellement", vous êtes bien.... le réveil vous envoie la réalité à la figure et vous tombez.... Je ne voulais déjà plus penser, je ne veux plus rêver non plus.