.... j'encule la RIVP !!!! J'ai rien pour, physiquement parlant, certes, mais ça n'empêche que j'le fais comême.

 

Je suis en avance, il y a du monde, je souffle. Je m'assois au fond, près du radiateur une habitude.... je susi trempée. Je sors mon cahier et j'écris quelques lignes

Trempée comme une soupe, je m'asseois et regarde autour de moi... pas de têtes connues... tant mieux. Ah tiens, un bouton de fièvre.... étonnant, non ? Tssssss un qui semble avoir des moyens mais qui chipote... active bonhomme !!! Rhaaaaa !! se retrouver là pour défaut d'assurance, non mais faut y être con....

Ben ouais, c'est tout, il se passe pas grand chose finalement. Deux heures plus tard, nous ne sommes plus que deux. Elle m'appelle, je lui sors la fiche diagnostique de l'assistante sociale. Elle voit que j'ai été employée par la RIVP et je lui signale une erreur : j'ai été salement licenciée, je n'ai pas démissionné. Elle voit que je suis au RMI mais le montant n'est pas indiqué. Je lui dis que je suis en maladie depuis plus de deux mois et que je n'ai toujours pas touché d'indémnités journalière, ce à quoi elle me répond que c'est probablement à cause du RMI puisque l'un se soustrait à l'autre et elle me parle, en exemple d'un montant de 400 euros. Je lui dis que je touche 186 euros de RMI, elle ouvre de grands yeux et me demande si je suis seule. Non, j'ai deux enfants. Ses yeux s'ouvent encore plus. Je lui indique mes ressources totales en me plantant de 85 euros en ma défaveur mais pas grave et elle comprend très bien que je ne puisse assumer mon loyer. Elle voit que j'ai un plan de surendettement recevable, avec un moratoire de 18 mois sans payer un euros de ma dette envers eux. L'avocat tombe des nues, il n'a rien là dessus. Je lui dis que la poste l'a reçu, elle, alors.... Il me précise que la RIVP va le refuser, ce à quoi je lui réponds avec un très grand sourire que, les connaissant, je n'en attends pas moins d'eux. Elle voit aussi qu'une demande de FSL (Fond solidarité logement) va être faite et qu'elle sera très probablement acceptée. Pour cela, je dois payer mon loyer pendant trois mois consécutifs. La ceinture va être serrée, ça prend la moitié de mes ressources mais il sera payé. Si c'est accepté, ma dette de loyer sera réglée par eux. Mais ça peut être refusé et là........ j'ai jubilé parce que si c'est le cas...........

 

 

 

....................... au vu de mes ressources et ma situation, la juge me refile le MÊME moratoire que la commission de surendettement, 18 mois sans payer un centime d'euros à cette grosse boite d'ordures nanmé Beau joueur, l'avocat, qui n'a pas pu placer un mot pour me descendre à part un vague il n'y a eu pratiquement aucun paiement que la juge a superbement ignoré, a fait un rhaaaaaaaa râleur mais en se marrant presque.

Dans un cas comme dans un autre, ils ne sont pas près de pouvoir me foutre dehors.

Ca soulage, ça rassure, ça ne règle pas mes problèmes de fric bien au contraire mais bon..... Contrecoup de tout ça, je n'ai plus ou presque, de jambe et de bras gauche, j'aurai apprécié une canne pour rentrer...