Vivre est difficile. Je me retiens... cocotte minute, bombe à retardement, prête à exploser/imploser, crier, tout virer en hurlant... j'essaie de m'assomer, trois bières n'y suffisent pas, c'est presque le contraire, encore plus envie/besoin d'exploser/imploser. Je ne sais plus écrire, communiquer. Rêves étranges, troublants, perturbants, je ne m'en défais pas. Plus rien n'est supportable, moi la première. J'ai de l'aide pourtant, à commencer par le Zours, puis le puçologue et enfin ma gardienne, soeur d'une ancienne collègue et toujours amie. Pourtant, je n'y arrive pas, la descente est constante, entre apathie, anorexie et sommeil... Ce n'est pas moi mais je n'arrive pas à l'être, à redevenir celle que j'étais quand je l'ai rencontré il y a un peu plus d'un an.

Cette note aurait dû être celle de nos premières vraies vacances mais je n'arrive pas à l'écrire. Elle est commencée pourtant... Pourquoi je n'arrive pas à écrire le positif, pourquoi uniquement le « mal » sort... il en a besoin, je le sais mais je n'aime pas ça, j'aimerai que le bon sorte, que la positivité soit là... mais non, pas moyen, je bloque. Le travail avance avec puçologue, il prend le relais de ma généraliste pour mon arrêt qui entame son huitième mois. Il me dit que j'ai la tête trop pleine, que je ne suis pas prête ne serait-ce que pour un entretien d'embauche alors des démarches anpe et autre, je ne dois pas y penser encore. Me mettre à un niveau bac en math pour une formation, je dois l'oublier pour le moment. Ma maison n'avance pas, le déménagement n'est pas pour demain, nos projet changent, toujours ensemble mais tellement de paramètres à prendre en compte.

Mon corps est mort. Il ne ressent rien d'autre que la douleur physique et morale. Mon homme toujours présent et si aimant, je lui apporte bien peu de chose, il assiste à ma déchéance, à mes descentes. Il aimerait tant que je me lâche enfin mais je n'y arrive pas. Les rares fois où cela m'est arrivé, j'ai jeté un verre dans l'évier... pas par terre, non, ça aurait mis du verre partout et mes fils auraient pu se couper... toujours dans la retenue... quand aurais-je enfin le courage de tout lâcher... peur des conséquences, de tomber et ne pas réussir à me relever.

Idées suicidaires de retour depuis un moment, je n'ai pas le droit, je le sais mais putain, la paix enfin trouvée serait un tel soulagement....

 

Cut my life into pieces
This is my last resort
Suffocation
No breathing

Dont give a fuck if I cut my arm bleeding

This is my last resort

Cut my life into pieces
Ive reached my last resort
Suffocation
No breathing
Dont give a fuck if I cut my arm bleeding
Do you even care if I die bleeding
Would it be wrong
Would it be right
If I took my life tonight
Chances are that I might
Mutilation outta sight
And Im contemplating suicide


Cuz Im losing my sight
Losing my mind

Wish somebody would tell me Im fine
Losing my sight
Losing my mind

Wish somebody would tell me Im fine

I never realized I was spread too thin
Till it was too late
And I was empty within
Hungry
Feeding on chaos
And living in sin
Downward spiral where do I begin
It all started when I lost my mother
No love for myself
And no love for another
Searching to find a love up on a higher level
Finding nothing but questions and devils

Cuz Im losing my sight
Losing my mind
Wish somebody would tell me in fine
Losing my sight
Losing my mind
Wish somebody would tell me Im fine
Nothings alright
Nothing is fine
Im running and Im crying
Im crying
Im crying
Im crying
Im crying


I cant go on living this way

Cut my life into pieces
This is my last resort
Suffocation
No breathing
Dont give a fuck if I cut my arm bleeding

Would it be wrong
Would it be right
If I took my life tonight
Chances are that I might
Mutilation outta sight
And Im contemplating suicide


Cuz Im losing my sight
Losing my mind
Wish somebody would tell me Im fine
Losing my sight
Losing my mind

Wish somebody would tell me Im fine
Nothings alright
Nothing is fine
Im running and Im crying

I cant go on living this way
Cant go on
Living this way
Nothings alright

                                 Papa Roach